Version imprimable Lien
> lundi 18 mai 2015

Non à l’extension d’un golf pour protéger la ressource en eau

La commune de Norges-la-ville, en Côte d’Or, s’est prononcée contre le projet d’extension du golf de Dijon-Bourgogne pour préserver la ressource en eau de son territoire.

Le golf de Dijon-Bourgogne a conçu un projet de rénovation et d’extension comprenant des aménagements urbains tels qu’un complexe hôtelier, des bungalows, un lotissement… avec une consommation en eau potable estimée à l’équivalent d’un village de 400 habitants. Etant donnée la situation critique du bassin versant de la Tille, concerné par le projet : insuffisance de la ressource en eau, risque de pollution de la nappe phréatique et insuffisance de la capacité de la station de traitement des eaux usées... le syndicat des eaux de Clénay - Saint-Julien n’a pas donné un avis favorable à ce projet. Un avis suivi par la commune de Norges-la-Ville.

Cet exemple  traduit la prise de conscience des acteurs quant aux difficultés à venir et la nécessité de les anticiper par la prise de décisions courageuses, tout en cherchant des solutions sur le long terme.

« Dire non à ce projet a demandé beaucoup de convictions et nous ne l’avons pas fait de gaieté de cœur parce que c’était un très beau projet mais nous n’avions pas les ressources en eau nécessaires, et les miracles dans ce domaine-là, n’existent pas. Convaincre tous nos citoyens de l’urgence du problème de déficit en eau de notre territoire est également une priorité car une fois que tout le monde en aura conscience nous trouverons forcément des solutions » expliqueMichel Lenoir, vice-président du Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux Tille, président du syndicat des eaux de Clénay -St Julien et maire de St Julien, Côte d’Or.

Mots-clés :

Lire aussi...

> JEUDI 05 DÉCEMBRE 2019
"Il faut acheter des forêts pour protéger les gibbons"
> MERCREDI 27 NOVEMBRE 2019
Un accord-cadre entre l’agence de l’eau et l’enseignement agricole.
> LUNDI 21 OCTOBRE 2019
L'ouvrage permet de convertir au goutte-à-goutte 800 hectares de terres irriguées gravitairement.