Version imprimable Lien Afficher les commentaires
Auqaduct sur l'Arre en aval du Vigan
> mercredi 15 avril 2015

Préservation de la ressource : quand l’accompagnement des ASA conduit à des économies d’eau

La Chambre d’Agriculture du Gard (avec l’aide de l’Agence de l’eau) accompagne les Associations Syndicales Autorisées (ASA) d’irrigation sur le plan technique et administratif afin de satisfaire aux grands principes du SDAGE. Une des facettes de cet accompagnement consiste à trouver des solutions innovantes conciliant le maintien d’une agriculture durable et des économies d’eau. Exemple d’une utilisation plus efficiente de l’eau avec l’ASA de Tessan.

Il existe en Cévennes des canaux ancestraux qui, par dérivation des cours d’eau, servaient historiquement à l’irrigation gravitaire des parcelles agricoles (prairies, petit maraîchage etc…).

Une richesse patrimoniale mais une utilisation contraignante

Certains de ces canaux reconnus comme ouvrages séculaires continuent aujourd’hui à être utilisés par les agriculteurs locaux. Cependant les contraintes sont nombreuses : les agriculteurs doivent en effet respecter tout au long de l’année un « débit réservé » à la rivière d’où une limitation volontaire du débit entrant dans le canal afin de ne pas « détourner » la totalité du cours d’eau. Les canaux doivent aussi être régulièrement entretenus, souvent par curage manuel, sur un linéaire important. Enfin, le colmatage régulier des fuites le long du canal ainsi que les crues fréquentes impliquent des travaux de réfection souvent très onéreux.

C’est pourquoi, devant nombre de plus en plus restreint d’usagers supportant l’entretien, les frais ainsi que la gestion administrative souvent complexe des ouvrages et face à une nécessaire réflexion engageant des économies d’eau, des solutions de substitution sont recherchées.

Une substitution innovante et économe pour le Canal de Tessan sur l’Arre.

Ainsi, l’Association Syndicale Autorisée qui gère le canal de Tessan sur la commune du Vigan a choisi de ne plus utiliser, à terme, son canal qui dérivait jusqu’à 250 litres d’eau par seconde en continu d’avril à septembre ! L’entrée du canal va être fermée et l’eau n’y circulera plus. L’Arre ne sera donc plus dérivée, elle continuera de suivre son cours…

En parallèle, des solutions de substitution ont été trouvées pour les deux exploitations agricoles qui irriguaient une parcelle de maraîchage et un verger de Pommes Reinette à partir du canal. Grâce aux aides de l’Agence de l’Eau, de la Région Languedoc-Roussillon et de l’Europe, chacun des exploitants a mis en place une station de pompage directement dans le cours d’eau.

6,2 millions de mètres cubes d’eau sont ainsi économisés tous les ans !

Le débit cumulé des 2 nouvelles pompes s’élève à seulement 21 litres par secondes (et ceci uniquement au moment des irrigations). Ces deux nouveaux prélèvements par pompage direct sur l’Arre vont donc engendrer des économies d’eau bénéfiques au milieu naturel de l’ordre de 6,2 millions de m3 par an dont 2 millions rien que pendant la période estivale !

Un nouvel avenir pour le canal

Le devenir du canal n’est pas oublié dans tout ça. Véritable richesse patrimoniale à laquelle les riverains sont très attachés, le canal a un nouvel avenir devant lui. En effet, la commune du Vigan réfléchit à l’aménagement d’une promenade piétonne agréable en bordure de l’Arre qui pourrait ravir population locale et touristes !

Lire aussi...

> VENDREDI 08 NOVEMBRE 2019
Depuis plus de 10 ans, les agriculteurs travaillent à la progression des pratiques afin de pérenniser une eau de bonne qualité.
> MERCREDI 04 SEPTEMBRE 2019
Agence de l’eau et chambre d'agriculture signent un contrat pour une gestion durable de l’eau, des milieux aquatiques et de l’agriculture.