Version imprimable Lien Afficher les commentaires
Credit photo - ledauphine.com
> jeudi 12 mars 2015

Canal de Saint-Tropez (04) : les irrigants ne puiseront plus leur eau dans le cours du Sasse, mais dans la Durance

Changer de ressource en eau et de mode d’irrigation. C’est avec ce double objectif que l’Asa du canal Ventavon Saint-Tropez (04) a lancé fin 2013 des grands travaux à Sisteron et Valernes. Ceux-ci permettront aux propriétaires agricoles de troquer l’irrigation gravitaire contre un mode « sous pression » et de puiser leur eau dans la nappe de la Durance, et non plus dans le Sasse.

Un chantier pareil, les entreprises en redemandent. Il pèse 14 millions d’euros TTC. Entre Sisteron et Valernes, dans les Alpes-de-Haute-Provence, elles sont vingt environ à œuvrer autour du canal de Saint-Tropez et de la réserve des Poux. C’est bien simple, « il s’agit du plus gros réseau d’irrigation en construction en France », indique Vincent de Truchis, directeur des canaux de Gap et Ventavon.

Les travaux concernent une trentaine d’exploitants agricoles à Valernes et quelque 600 particuliers à Sisteron. Jusqu’ici, ils arrosaient leurs jardins et parcelles grâce au canal de Saint-Tropez, alimenté par une petite rivière appelée le Sasse. Mais avec l’évolution de la réglementation (loi sur l’eau, notamment), exit Saint-Tropez : il n’est plus possible de prélever un tel débit de cette façon.

Presque cinq fois moins d’eau consommée

Le projet consiste donc à prélever l’eau dans la Durance, et d’arroser par aspersion. Fini le canal à l’air libre, place aux conduits enterrés. Cela permet de consommer beaucoup moins. L’eau ne coulera plus en permanence, seulement quand nécessaire. Surtout qu’un compteur va être installé chez chaque propriétaire...

 

>> Lire l'article complet sur ledauphine.com

Mots-clés :

Lire aussi...

> LUNDI 21 OCTOBRE 2019
L'ouvrage permet de convertir au goutte-à-goutte 800 hectares de terres irriguées gravitairement.
> MERCREDI 04 SEPTEMBRE 2019
Agence de l’eau et chambre d'agriculture signent un contrat pour une gestion durable de l’eau, des milieux aquatiques et de l’agriculture.