Version imprimable Lien
© Photo: Irstea - JM Choubert
> mardi 24 février 2015

Quelle est l'efficacité d'élimination des micropolluants en station de traitement des eaux usées domestiques?

Les stations de traitement des eaux usées (STEU) domestiques, qui peuvent être considérées comme un vecteur de micropolluants vers les eaux superficielles n’ont pas été conçues pour traiter les micropolluants. Elles sont toutefois capables d’éliminer une partie des substances présentes en entrée de station.

L’objectif du projet ARMISTIQ était d’évaluer dans quelle mesure les micropolluants peuvent être traités en STEU. Le projet a permis de mieux comprendre le fonctionnement des filières classiques, telles que les boues activées, vis-à-vis des micropolluants, et d’acquérir des données technico-économiques sur les procédés de traitement complémentaires très peu utilisés en France.

Ainsi, le projet met en évidence qu'en optimisant les procédés de traitement biologique déjà existants, il est possible de réduire les concentrations en micropolluants en sortie de STEU. Les procédés de traitement complémentaires tels que l’ozonation, l’oxydation avancée ou le traitement par charbon actif, permettent d'aller plus loin dans la réduction des flux polluants, même si les effets des éventuels sous-produits générés au cours de ces traitements restent à préciser.

Par ailleurs, ARMISTIQ met aussi clairement en lumière qu’une grande part des micropolluants quantifiés en entrée de STEU est transférée dans les boues. Toutefois, leur impact sur l'environnement fait l'objet de plusieurs études et n'est pas complètement établi.

Ces résultats permettent d’orienter les maîtres d’ouvrages vers les solutions les plus adéquates et montrent aussi que la réduction à la source des micropolluants reste incontournable

>> Consulter la synthèse du programme ARMISTIQ.

Lire aussi...

> MERCREDI 25 SEPTEMBRE 2019
En 2015, les Nations-Unies ont lancé l’Agenda 2030 qui fixe 17 Objectifs de Développement Durable.
> MERCREDI 04 SEPTEMBRE 2019
Agence de l’eau et chambre d'agriculture signent un contrat pour une gestion durable de l’eau, des milieux aquatiques et de l’agriculture.