Version imprimable Lien
Immersion de recif
> mardi 21 octobre 2014

L’opération Récifs PRADO (13) lauréate du Grand Prix du Génie Ecologique

Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, a remis le Grand Prix du Génie Ecologique à l'occasion du colloque des 50 ans de la politique de l'eau, qui réunit plus de 400 participants, mardi 21 octobre, à la Maison de la Chimie à Paris. A cette occasion, l’opération Récifs PRADO 2006, qui a permis de restaurer la vie des fonds marins de la rade sud de Marseille par l’immersion de 27 300 m3 de récifs artificiels, vient d'être distinguée dans la catégorie « génie écologique au service de la préservation des écosystèmes marins ».

Enjeux et objectifs

La rade Sud de Marseille a été particulièrement impactée par les activités humaines. Pourtant, au-delà de 25m de profondeur, plusieurs indices témoignent de la présence passée d’un herbier de posidonies vaste et bien implanté. La ville de Marseille a souhaité réhabiliter cette zone grâce à une opération innovante d’immersion de récifs artificiels.

Ce projet a un triple objectif :

  • recréer un espace de production biologique via une approche écosystémique ;
  • soutenir et développer l’activité économique de la zone côtière, notamment la pêche artisanale ;
  • favoriser la continuité écologique entre les espaces rocheux environnants et le site.

 

Les actions mises en œuvre

Depuis 2008, des récifs artificiels sont immergés en baie du Prado, entre les îles du Frioul et la corniche Kennedy. Il s’agit du plus grand site de récifs artificiels en Méditerranée et en Europe. 401 récifs artificiels (27 300 m3) de six types différents sont répartis sur une zone de 220 hectares, par 25 à 30 mètres de profondeur.

 Les récifs sont regroupés par zones, et connectés entre eux par des corridors écologiques eux aussi composés de récifs. Ils se prolongent également vers l’extérieur de la zone jusqu’à des zones d’herbiers et de zones rocheuses peu profondes, afin de permettre la mobilité des juvéniles et la circulation des individus.

Une attention particulière a été portée à la diversification des formes de récifs afin de favoriser la biodiversité. Les modules ont également été éco-conçus.

  Récif  récif colonisé

Un programme de suivi et de R&D a été mis en place sur cinq ans, et a démontré le succès de l’opération : augmentation de la diversité de 28 à 64 espèces en quatre ans, site devenu une zone de chasse pour un groupe de grands dauphins…

Un programme pédagogique a également été mis en place autour du site, en collaboration avec le centre municipal de sensibilisation au milieu marin.

 

Partenaires du projet

Maître d’ouvrage : Ville de Marseille

Etudes préalables / suivis réglementaires : GIS Posidonie

Etudes : BRL Ingénierie

Développement et fabrication des récifs artificiels : P2A développement

 

L’avis du jury

L’opération de génie écologique d’implantation des récifs artificiels de repeuplement de la rade de Marseille est un projet totalement intégratif que ce soit du point de vue écologique, économique ou social. Cette opération est la plus grande jamais menée en Europe dans ce domaine. Le suivi scientifique mis en place a déjà prouvé l’efficacité et l’intérêt de l’opération au bénéfice des écosystèmes et des usagers (pêcheurs, habitants, touristes…).

 

>> En savoir plus sur le site du ministère de l'Ecologie, du Développement durable te de l'Energie

© S. Ruitton - MIO

Lire aussi...

> MARDI 01 OCTOBRE 2019
Un film réalisé par le Syndicat mixte d’aménagement du bassin de la Bourbre (SMABB), Isère.
> MERCREDI 04 SEPTEMBRE 2019
Agence de l’eau et chambre d'agriculture signent un contrat pour une gestion durable de l’eau, des milieux aquatiques et de l’agriculture.
> MERCREDI 21 AOÛT 2019
Métropole Nice Côte d’Azur pilote l’un des schémas territoriaux de restauration écologique à l’échel