Version imprimable Lien
Indice Région Vivante PACA
> mercredi 18 octobre 2023

Biodiversité en PACA : l'ARBE publie la version mise à jour de l'Indice Région Vivante

L’Indice Région Vivante est une adaptation à la région Provence-Alpes-Côte d’Azur de l’Indice Planète Vivante, indicateur international de référence créé et développé par le WWF en 1998.

L’Agence régionale de la biodiversité et de l’environnement (ARBE) Provence-Alpes-Côte d’Azur publie la mise à jour de l’Indice Région Vivante, co-élaboré avec la Tour du Valat, dans le cadre de l’observatoire régional de la biodiversité, animé par l’ARBE et copiloté avec la Région Sud, la DREAL et la direction interrégionale de l’OFB.

L’Indice Région Vivante est une adaptation à la région Provence-Alpes-Côte d’Azur de l’Indice Planète Vivante, indicateur international de référence créé et développé par le WWF en 1998. Notre région a été la première, dès 2017, à mettre en place cet outil qui permet de mesurer l’état de la biodiversité régionale en se basant sur les tendances d’évolution des populations de vertébrés (325 espèces) sur une période allant de 2000 à 2021. Il constitue un indicateur de référence permettant notamment de mesurer l’impact des politiques publiques mises en œuvre pour préserver la biodiversité régionale.

Les résultats montrent une tendance moyenne d’évolution stable des populations de vertébrés suivies, mais qui résulte de situations contrastées selon les espèces et les milieux.

Les résultats témoignent de l’impact positif de la réglementation et des actions de protection et de conservation. La préservation des habitats et la mise en œuvre de mesures de gestion profitent aux espèces qui en bénéficient : leurs effectifs régionaux se stabilisent ou progressent. Pour les espèces les plus menacées, les efforts restent encore à poursuivre. Ces solutions efficaces sont à étendre à d’autres espèces encore communes aujourd’hui mais qui déclinent très vite.

Les résultats :

  • 45 % des espèces voient leurs effectifs qui augmentent et presque autant (41 %) déclinent, une petite proportion (14 %) présente des effectifs fluctuants. Des espèces comme le Bouquetin des Alpes, la Spatule blanche ou le Mérou brun, par exemple, progressent alors que l’Anguille d’Europe, l’Hirondelle rustique et le Héron pourpré régressent.
  • Les tendances semblent au déclin au sein des milieux agricoles et des milieux marins. Pour ces derniers, le déclin global à l’échelle de la Méditerranée surpasse les résultats positifs des aires marines protégées où les populations de Corb et de Rouget s’améliorent.
  • Une stabilisation pour les cours d’eau et les zones humides, où beaucoup d’espèces d’oiseaux d’eau se portent mieux, mais les milieux aquatiques restent particulièrement fragiles et vulnérables dans le contexte actuel de réchauffement climatique.
  • La situation apparait plus positive pour les espèces des milieux forestiers mais elle nécessiterait d’être confirmée avec davantage de suivis.

Pour les 4 secteurs géographiques où une tendance a pu être obtenue :

  • Les étangs et les marais littoraux préservés semblent stables.
  • Le littoral régional - en dehors des espaces naturel préservés qui bénéficient aux espèces - reste soumis aux pressions exercées par l’Homme et ses activités.
  • Les tendances semblent plus favorables au niveau des massifs provençaux et des massifs alpins.

>> Télécharger l'Indice Région Vivante

Lire aussi...

> LUNDI 08 AVRIL 2024
Retour sur une rencontre régionale, organisée le 19 mars dernier par l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse.
> LUNDI 19 FÉVRIER 2024
Une partie des travaux financée au titre de France Relance et réalisée par le syndicat des eaux Dombes Côtière.
> VENDREDI 09 FÉVRIER 2024
Après deux saisons de Marathon de la biodiversité, la Plaine de l'Ain totalise déjà 20 km de haies et une trentaine de mares.
> VENDREDI 29 MARS 2024
Un panel de 30 citoyens mobilisés pour contribuer à l’élaboration de la synthèse des questions importantes.