Version imprimable Lien
Camporells web
> jeudi 25 août 2022

Massif du Carlit : les Camporells, un paradis à partager

Dans le cadre d’un appel à projets Eau et Biodiversité de l’agence de l’eau, le site naturel des étangs de Camporells, au cœur du massif du Carlit dans les Pyrénées-Orientales, a fait l’objet d’une étude d’ensemble. La période 2022-2024 est celle de l’action.

Paradis des randonneurs perché à plus de 2 000 mètres d’altitude, le site classé des Camporells égrène une vingtaine de lacs aux eaux cristallines, avec vue sur les pics Perics, points d’attraction des Pyrénées-Orientales. Ils ont fait l’objet d’une étude entre 2018 et 2021 dans le cadre d’un appel à projets Eau et Biodiversité de l’agence de l’eau.  "Compte tenu du caractère patrimonial de ce chapelet d’étangs, nous souhaitions mieux cerner les rouages de son fonctionnement, indique Benoît Larroque, responsable du pôle ingénierie financière et environnement à l’ONF Midi-Méditerranée. Nous avons analysé l’occupation des espaces par les différentes communautés animales et végétales, été comme hiver, ainsi que les circulations des eaux de l’amont à l’aval dans ce cirque glaciaire. Nous avons ainsi repéré des fragilités en raison de la sécheresse estivale, mais aussi la nécessité d’adapter la charge pastorale à la sensibilité des milieux. Une cartographie de la végétation aquatique a en outre montré qu’elle est qualitativement liée aux pratiques d’empoissonnement. Pour autant, nous ne sommes pas sur un milieu dégradé et il n’est pas question aujourd’hui de fermer le site. L’idée est plutôt d’encadrer les usages". 

Un classement en zone protégée pour mieux valoriser

Pour aller plus loin, une nouvelle opération issue de l’appel à projets Eau et biodiversité 2021 vient de démarrer, avec en toile de fond la création d’une zone protégée conforme à la loi Climat et résilience et ses objectifs de lutte contre l’érosion de la biodiversité. D’ici à 2024, plusieurs actions sont programmées, dont la protection d’une zone humide voisine d’un sentier de randonnée, des campagnes d’évacuation des déchets dans les étangs et une application numérique pédagogique.

Dans l’un des lacs où l’excès de poissons semble générer une pollution organique, des essais de désempoissonnement seront conduits par le CNRS et la fédération départementale de pêche. Au total, 500 000 euros sont investis, dont 70 % financés par l’agence de l’eau.

21

Le nombre d’étangs concernés, sur une surface de 4 000 hectares.