Version imprimable Lien
1655905149661
> mardi 05 juillet 2022

Ain : L’eau de la « grande Dombes » éveille les consciences

La communauté de communes de la Dombes fédère dix intercommunalités autour d’un projet de territoire pour la gestion de l’eau “Ain-Dombes-Saône 2050”, le signe d’une préoccupation croissante.

Des étangs qui ne se remplissent plus assez, une nappe stratégique (la nappe des cailloutis de la Dombes) qui peine à retrouver chaque année son niveau de forme, des captages d’eau potable qui ne produisent plus suffisamment… Les élus des communautés de communes du territoire, accompagnés par les services de l’Etat, le Conseil Départemental et l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, ont décidé de transformer ce constat inquiétant en projet collectif pour l’avenir du territoire.

Lundi 20 juin 2022 à Chalamont s’est tenu un 1er comité de pilotage rassemblant tous les acteurs de la Dombes autour du projet de territoire  « Eau Ain Dombes Saône 2050 ». Sous la présidence d’Isabelle Dubois, présidente de la Communauté de Communes de la Dombes, le groupement BURGEAP-ACTEON a déployé les grandes lignes de leur méthodologie devant la trentaine d’acteurs présents pour répondre aux questions aussi cruciales que « de quelle quantité d’eau disposera-t-on en 2050 ? » et « Comment adapter la consommation et l’économie locale à l’eau disponible dans le futur ?». Prévue pour durer deux ans, cette étude permettra également de mieux comprendre la dynamique du cycle de l’eau en Dombes (recharge de la nappe, débits des cours d’eau…) et voir sous quelles conditions cette ressource pourra répondre aux besoins dans le futur

Jean-Yves Flochon, vice-président du Conseil départemental de l’Ain, Nicolas Alban, Directeur de la délégation de Lyon de l’agence de l’eau et M.Viennot, Directeur adjoint de la DDT01 ont rappelé tour à tour l’enjeu de cette concertation. Isabelle Dubois l’a bien rappelé, tous les acteurs sont invités à se positionner, afin d’aboutir à un plan d’actions partagé. Syndicats de rivières, syndicats des eaux, chambres consulaires, mais également habitants, tous seront invités à participer aux débats.

L’objectif est de construire une stratégie d’adaptation et un plan d’actions à l’échelle de la nappe des cailloutis pour préserver la ressource en eau dans sa globalité (eaux souterraines, milieux aquatiques et zones humides) et rendre le territoire plus résilient face au changement climatique.

Le coût de l’étude, qui durera 2 ans, est de 318 000 €, financée à 70 % par l’agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse et à 10% par le Conseil Départemental. Le reste sera à la charge des intercommunalités.