Version imprimable Lien
> jeudi 10 février 2022

Décloisonnement du Jabron dans la Drôme

Le Syndicat mixte du bassin Roubion et Jabron entame le décloisonnement du Jabron par le seuil le plus en aval. Un peu plus de 98 000 € de travaux sont nécessaires pour supprimer le seuil Redondon1, soutenus financièrement par l’agence de l’eau et le Département de la Drôme.

Le contrat de rivière signé en mars 2018 comporte un programme ambitieux sur la reconquête de la continuité écologique. Le point d’avancement 2021 dresse un bilan positif puisque 6 des 7 ouvrages visés sur le Roubion ont déjà fait l’objet de travaux.

Le Syndicat s’attaque maintenant au décloisonnement de son principal affluent, le Jabron, classé en liste 1 et en Zone d’Action Prioritaire Anguille et Lamproie marine au titre du PLAGEPOMI 2016-2021. Le passage à gué Redondon est le premier obstacle situé en amont de la confluence Roubion-Jabron. Totalement infranchissable pour l’ensemble des espèces aquatiques, cette chute d’eau artificielle cloisonne la rivière, entrave le déplacement de la faune aquatique (vers des zones d’habitat, de nourrissage et de reproduction) et bloque une partie du transit sédimentaire. La destruction de ce barrage permettra des gains écologiques importants (remontée des poissons migrateurs : anguille, alose, lamproie).

Les travaux ont commencé en septembre dernier à proximité de la véloroute située en rive droite du Jabron, par l’abattage de quelques gros peupliers qui présentaient des signes de faiblesse et de vieillesse. Leur système racinaire qui maintient la berge fera naitre des rejets au printemps prochain, donnant naissance à de nouveaux peupliers.

Des inventaires faunistiques et floristiques ont été réalisés avant l’autorisation des travaux afin de s’assurer de ne pas impacter la biodiversité existante : recherche des plantes hôtes de la Diane (papillon) et de l’Agrion de Mercure (libellule), recherche des nids de cincle plongeur, inspection par la LPO des gros peupliers, inventaire des colonies de chiroptères (sur une nuit). Une pêche électrique a également permis de récupérer 20 anguilles dans la fosse de dissipation située à l’aval de l’ouvrage.

A l’issue des travaux, les berges seront retalutées en pentes douces et le Syndicat fera une campagne de plantations d’espèces adaptées et autochtones des bords de rivière : aulnes, saules, hêtres, fusains, plantes hydrophiles. Le linéaire ré-ouvert à l’amont est estimé à 600m, les travaux de décloisonnement pourront alors se poursuivre pour permettre, en autre, aux anguilles de remonter le cours d’eau afin de trouver des zones favorables à leur croissance.

Ces travaux, d’un montant de près de 98 000 € sont inscrits au contrat de rivière et sont financés par l’Agence de l’eau  (70%) et le département de la Drôme (10%) tandis que le reste à charge (20%) est supporté par l’Agglomération de Montélimar.

Lire aussi...

> MARDI 17 MAI 2022
La continuité écologique, transport sédimentaire et montaison des poissons est maintenant parfaitement assurée entre l'Azergues et la Brévenne.
> VENDREDI 06 MAI 2022
Voici l'Apron du Rhône : une espèce mystérieuse et méconnue qui ne vit que dans le bassin du Rhône.