Version imprimable Lien
Annick Mièvre (agence de l'eau) et Patricia Granet-Brunello (Présidente de la Communauté d’agglomération) Cyrille de Villèle – Ville de Digne-les-Bains
> mercredi 31 mars 2021

Provence Alpes Agglomération signe un contrat en zone de revitalisation rurale

Le 26 mars dernier à Digne-les-Bains, l'agence de l'eau et Provence Alpes Agglomération ont signé un contrat en zone de revitalisation rurale pour améliorer et sécuriser les ouvrages d’eau potable et d’assainissement.

Localement, un patrimoine conséquent à maintenir et à développer

Depuis le 1er  janvier 2020, Provence Alpes Agglomération exerce les compétences Eau et Assainissement sur les 46 communes de son territoire.  Afin de relever ce défi à l’échelle de l’agglomération, un chantier majeur et colossal a été initié par la collectivité.

 Le choix de créer un service d’eau intercommunal  apporte  une mutualisation des moyens qui permet  une augmentation des compétences bénéfique  à l’exploitation des ouvrages, permettant d’établir  un programme de  travaux pour  optimiser le fonctionnement des ouvrages, et donc la qualité de service aux usagers.

L’enjeu  des  investissements est  de  disposer  d’une  gestion  patrimoniale  maitrisée  et ambitieuse de ses infrastructures (110 captages, 165 réservoirs, 125 pompages, 55 stations d’épuration et 1.400 km de réseau), pour les maintenir en état et les améliorer.

Une aide de 5 millions d’euros pour permettre la réalisation de 12 millions d’euros de travaux

Grâce au contrat d’aides spécifiques  aux ZRR proposé  par  l’agence de l’eau  pour  une durée   de  trois  ans  (2021-2023), 10 164 000  euros  seront  investis pour  améliorer  et sécuriser les ouvrages d’eau et d’assainissement qui bénéficieront  de 5 millions € d’aides de l’Agence de l’eau d’ici 2023.

2.000.000 € HT d’études et travaux sont aussi engagés sur la période  du contrat  (2021 –2023), et qui feront l’objet de demandes de financement  sur des aides classiques. Ces travaux permettront de garantir la durabilité du service :

  • d’un point de vue environnemental, en s’adaptant au changement climatique, en réduisant dès maintenant la pression sur le milieu naturel :

- en contenant les prélèvements d’eau (réduction  des fuites d’eau par une meilleure surveillance des réseaux, réparations des fuites et renouvellement des conduites d’eau vétustes)

- en améliorant la qualité des eaux rejetées (amélioration ou renouvellement de stations d’épuration, réduction des eaux usées déversées).

Le programme de travaux comprend :

  • des études et travaux pour 5.621.000 € HT
  • des opérations  spécifiques pour 1.387.000 € HT pour la sécurisation de la qualité de service (sectorisation, télétransmission, sécurisation des sites, réhabilitation des chambres de vannes)
  • des opérations  de renouvellement patrimonial pour 3.156.000 € HT