Version imprimable Lien
Forage de Nainglet
> mardi 13 août 2019

Saône-et-Loire : un forage analysé pour diversifier les ressources

Le Grand Chalon (71) étudie de près le forage de Nainglet et a mené une opération de pompage sur une longue durée pour en vérifier le fonctionnement, la qualité et la quantité d’eau disponible. Objectifs de cette approche innovante : mieux connaître cette ressource stratégique et sécuriser l’alimentation en eau potable du territoire.

En charge de la compétence eau et assainissement depuis 2012, le Grand Chalon a lancé un schéma directeur révélant le besoin de diversifier les ressources en eau potable. "Actuellement, l’alimentation de l’agglomération est presque exclusivement issue de la nappe alluviale de la Saône, expose Caroline Quatrain, responsable du service études, gestion déléguée et travaux à la Direction de l’eau et de l’assainissement. Nous nous sommes donc intéressés au forage de Nainglet, réalisé à Fontaines en 2004, mais inexploité depuis 2006, afin d’évaluer son potentiel". 

Accompagnée par Suez Consulting pour l’ingénierie et par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) Bourgogne-Franche-Comté pour caractériser cet aquifère des calcaires mal connu, ainsi que les impacts du pompage sur l’environnement, la collectivité a été soutenue dans sa démarche par l’agence de l’eau. Elle a effectué différents essais, dont un pompage de mars 2018 à mars 2019 à débit élevé.
"Il s’avère que l’ouvrage est fonctionnel, que les qualité et quantité de l’eau sont compatibles avec une mise en production et que le pompage n’a d’incidence ni sur l’activité d’irrigation ni sur les milieux", résume Pierre Torelli, ingénieur expert chez Suez Consulting.
L’observation de la remontée, ainsi que les analyses des données, seront finalisées cet automne. Les résultats permettront de définir le bassin d’alimentation potentielle, les traitements éventuellement nécessaires et les zones à protéger. Le Grand Chalon aura ainsi toutes les garanties pour une future exploitation de ce forage.

 

Investigations multiples

"Nous avons appliqué une technique permettant d’identifier les circulations d’eau et de mesurer l’impact du pompage sur la nappe superficielle, expose Clément Doney, hydrogéologue au BRGM. En parallèle, nous avons effectué un suivi géochimique, ainsi que des datations pour définir la carte d’identité de l’eau. Il est rare de mener ces études en même temps et de pouvoir mettre en relation les résultats. Cela permet d’avoir une bonne compréhension du fonctionnement des nappes".

 

Lire aussi...

> LUNDI 09 DÉCEMBRE 2019
Réunion de la CLE le 1er décembre à Vogüé en présence d'étudiants en BTS Gestion et Protection de la Nature au lycée agricole d'Aubenas.
> JEUDI 05 DÉCEMBRE 2019
"Il faut acheter des forêts pour protéger les gibbons"
> MERCREDI 27 NOVEMBRE 2019
Un accord-cadre entre l’agence de l’eau et l’enseignement agricole.