Version imprimable Lien
Rencontre
> MARDI 02 AVRIL 2019
Elie Semoun
Fonction Humoriste, comédien

L'humoriste aux mains vertes

Le bonheur est dans le jardin pour Élie Semoun. Loin des projecteurs et des rires de son public, le comédien consacre son temps libre à son jardin de 800 m2. Il veille à la biodiversité et bannit tous produits chimiques.

1963 : naissance à Paris

1991 : premiers spectacles dans les cafés théâtres parisiens

2003 : publication de "chansons", son premier disque

2019 : réalisation de son premier film (Ducobu 3) Titre provisoire

Quand Élie Semoun n’est pas seul sur scène à interpréter ses personnages fétiches, il jardine loin de l'adrénaline des planches. Il plante, bine, arrache, replante chaque parcelle du terrain, sculptant le jardin à son image, à la fois fantasque et structuré : "Personne d'autre que moi ne s'en occupe. C'est une forme de création. Il y a une vraie satisfaction artistique. Je change chaque saison".

L’auteur des Petites annonces n’utilise aucun pesticide, insecticide ou « trucs se finissant en cide » : "J’ai une fibre écolo très développée. Je m'aperçois de plus en plus que les plantes sont heureuses, malheureuses, qu'elles peuvent souffrir. Je les écoute et j'essaie de comprendre ce qu'elles me disent". Une passion qu’il partage aujourd’hui dans un livre baptisé Pelouse interdite*.
Élie Semoun a pourtant grandi à l'ombre des immeubles d'Antony, une ville de banlieue des Hauts-de-Seine, sans se préoccuper du monde végétal. Ce n'est qu’à l’âge de onze ans, après le décès prématuré de sa maman, qu’il se découvre un intérêt pour la nature. "Après une telle catastrophe, on cherche à compenser, confie-t-il. Je me suis accroché à quelque chose de vivant. Au collège, on faisait pousser des haricots dans du coton. Je les voyais grandir, c’était génial. En classe, tout le monde s’en fichait, sauf moi".

Quelques années plus tard, le balcon de son appartement parisien se transforme en un nid fleuri. Élie Semoun a ensuite fui la capitale, trop petite pour ses désirs de verdure. "Dès que j’ai pu, j’ai acheté en région parisienne une maison avec un jardin. Ou plutôt un jardin avec une maison ! ".

"Je suis un contemplatif, je regarde les plantes pousser"

Le champ de tous les possibles est désormais ouvert à l'humoriste qui, à force d'essais et d'échecs, est aujourd'hui jardinier en chef d'un petit domaine aux nombreuses facettes.  "Je consacre de l'énergie à mon jardin. J'y apporte le même soin qu'à l'écriture de mes spectacles", insiste ce perfectionniste. Chaque plante, chaque arbre rappelle un souvenir d'une tournée. Avant de jouer sur scène, le même rituel, il visite une pépinière et s'accorde parfois certaines folies végétales : "Quand j’ai joué à Romans, dans la Drôme, j’ai craqué pour un olivier de 450 ans. J'aime bien que les choses donnent l'impression d'être là depuis toujours. J'aime les arbres, ils me calment, me décontractent, j'adore les toucher quand je passe près d'eux". Une activité enrichie depuis deux ans avec l'installation de quelques ruches donnant une petite production de miel et favorisant la pollinisation du jardin.
Dans les prochains jours, le comédien-chanteur de 55 ans repart en tournée avec un tout nouveau spectacle Élie Semoun et ses monstres.
* paru aux éditions Ulmer.

Mots-clés : Elie Semoun

Focus

> JEUDI 05 DÉCEMBRE 2019
"Il faut acheter des forêts pour protéger les gibbons"
> VENDREDI 05 JUILLET 2019
Sa devis : "rêvons large" !
> LUNDI 07 JANVIER 2019
"Le savoir est pour moi la meilleure arme du militantisme."
> VENDREDI 29 JUIN 2018
"L'exploration permet d'utiliser les points d'interrogation pour stimuler sa créativité et inventer des solutions"