Version imprimable Lien
Jean-Marc Fragnoud / Crédit : Isema
> mercredi 23 janvier 2019

"Vers un changement de paradigme en agriculture"

À la croisée des enjeux économiques, environnementaux et sociaux, l’agriculture est au cœur du 11e programme de l'agence de l'eau. Jean-Marc Fragnoud, agriculteur, vice-président du comité de bassin Rhône-Méditerranée et membre associé de la chambre régionale d’agriculture Auvergne-Rhône-Alpes, évoque la stratégie définie autour de ce sujet majeur.

Quels sont les points cruciaux pour le monde agricole que va soutenir ce 11e programme ?

Il est important de souligner que dans un contexte de contraintes budgétaires, l’agriculture est préservée via des aides axées en premier lieu sur la réduction des pollutions et sur l’économie de la ressource en eau. De plus, l’accroissement de la redevance pour pollutions diffuses au niveau national permet de conforter l’aide à la conversion en agriculture biologique avec une enveloppe supplémentaire de 40 millions d’euros. Par ailleurs, les crédits du plan Ecophyto, de l’ordre de 24 millions d’euros, vont être utilisés pour réduire l’usage des produits phytosanitaires.

Moins de pesticides, moins d’eau et la même rentabilité ; une équation complexe que l’agence de l’eau aide à résoudre ?

Il s’agit en effet de trouver l’équilibre entre activités économiques, la protection des milieux et les différents usages avec une garantie d’accès à l’eau de plus en plus rémunérée par les marchés. La tâche est immense. Pour progresser, nous élargissons par exemple les aides à la réduction des pesticides, y compris sur les aires de captages d’eau potable prioritaires, car cela incite à aller progressivement vers le zéro phyto. C’est une approche plus pragmatique et plus responsabilisante. Par ailleurs, nous poursuivons les aides pour la rénovation des ouvrages d’irrigation et incitons au développement de systèmes plus économes, comme le goutte-à-goutte. Aujourd’hui, les enjeux essentiels ce sont la substitution et la question du stockage de l’eau, ainsi que la mobilisation de la ressource pour maintenir la valeur agricole en s’adaptant au changement climatique.

Cela nécessite de nouvelles pratiques… Suite à l’appel à projets Innovation en agriculture du 10e programme, l’incitation aux transformations est toujours encouragée ?

Plus que jamais avec 1 million d’euros par an pour les expérimentations portant aussi bien sur les types de cultures, les techniques de récolte, le traitement des polluants, les systèmes d’irrigation... Pour changer de paradigme en agriculture, beaucoup de choses doivent être créées. Le volet innovation permet aussi de lever des freins économiques, techniques et de formation pour les professionnels volontaires.

____________________________


260 M€ d’aides pour le monde agricole et 2 priorités

  • La réduction des pollutions agricoles sur les 269 zones de captages d’eau potable prioritaires. Cela passe par des changements de pratiques comme la conversion à l’agriculture biologique, l’accompagnement à l’innovation et aux filières à bas niveau d'intrants ou encore l'achat de matériel.
  • Une moindre consommation de la ressource sur les secteurs déficitaires en eau grâce à la mise en place de systèmes d’irrigation moins gourmands en eau, à des projets de substitution (stockages, transferts) ou au passage à des cultures plus économes.