Version imprimable Lien
Responsive image
> lundi 13 août 2018

Mane, le parfumeur green

Mane, premier producteur français de produits aromatiques, a opté pour une technique de distillation "par le vide" qui réduit l’impact sur l’environnement en termes de consommation d’eau et de charge polluante. Même la qualité des essences s’en trouve optimisée…

Depuis plusieurs générations, Mane capture les substances naturelles des plantes ; celles-ci se retrouvent dans les cosmétiques, l’agroalimentaire et la pharmacie. À Bar-sur-Loup, près de Grasse dans ses terres provençales, la société familiale procède à la distillation d’essences achetées sur le marché.

Le principe de la distillation fractionnée consiste à chauffer les essences sous vide, qui vont se séparer en plusieurs constituants en fonction de leur point d’ébullition. Les fractions sous forme gazeuse sont ensuite condensées pour être récupérées et analysées. L’utilisation du vide permet d’abaisser les points d’ébullition des molécules et ainsi de moins chauffer les essences pour qu’elles préservent au mieux leur qualité olfactive.

Récemment, l’agence de l’eau a accompagné l’entreprise dans un changement de technologie. En effet, historiquement la technologie de vide consommait de l’eau et de la vapeur. La nouvelle technologie utilise un circuit d’eau fermé et des groupes de froid dédiés. L’avantage est triple : réduction de la consommation d’eau, suppression de l’utilisation de la vapeur, diminution de la charge polluante traitée dans la station d’épuration. Pour la mise en place du nouvel équipement, d’un coût de 700 000 €, un projet pilote a été testé. "On en est aujourd’hui à la finalisation de l’installation", explique Luc Carrière, responsable environnement de la société Mane, qui se félicite que l’initiative subventionnée par l’agence de l’eau fasse ses preuves et s’inscrive dans la stratégie durable de l’entreprise.