Version imprimable Lien
Laurent Pélissier, Dominique Colin et Jean-Paul Cubilier
> vendredi 29 juin 2018

Raccordement des effluents de St Laurent d'Aigouze à la station du Grau du Roi

La Communauté de communes Terre de Camargue et l’agence de l’eau ont inauguré, vendredi 29 juin, le raccordement des effluents de Saint-Laurent d’Aigouze à la station de traitement des eaux usées intercommunale, située au Grau du Roi.

Les 6 km de nouvelles canalisations s’accompagnent de deux postes de refoulement le long du trajet du fait de l’impossibilité d’un transfert gravitaire entre les deux stations. Au niveau de ces postes de refoulement, de l’air est injecté dans l’effluent, permettant d'y dissoudre de l'oxygène et d'éviter la formation de sulfures.

L’agence de l’eau a financé les travaux à hauteur de 402 000 € sur un coût total de plus de 2,9 M€, le reste étant à la charge de la Communauté de Communes Terre de Camargues.

Laurent Pélissier, le Président de la Communauté de communes, a salué cette opération exemplaire de coopération intercommunale : "Nos trois communes, Aigues-Mortes, Le Grau du Roi et Saint-Laurent d’Aigouze, sont désormais raccordées à une même station d’épuration : nous mutualisons les coûts, nous optimisons le fonctionnement de la station en période creuse et nous renforçons la protection de l’environnement".

Dès la réalisation du schéma d’assainissement en 2000, la station de St Laurent d’Aigouze avait été clairement identifiée comme sous-dimensionnée. Une étude avait démontré l’impossibilité d’agrandir la lagune du fait de son caractère inondable et des contraintes au niveau du rejet. La décision finale a été de raccorder les rejets de la commune à la station du Grau du Roi (capacité 100 000 équivalent-habitants), celle-ci étant sous-utilisée durant l’hiver.

Depuis ces travaux, la communauté de Communes Terre de Camargue a lancé un schéma directeur d’assainissement sur les communes du Grau du Roi, Aigues Mortes et St Laurent d’Aigouze afin d’anticiper les investissements à venir sur son territoire. Le schéma qui se termine fin 2018 prévoit des travaux pour limiter l’intrusion des eaux météoriques observés durant les orages locaux.