Version imprimable Lien
Contamination des eaux de surface - Burkna Faso
> jeudi 19 avril 2018

Burkina Faso : des menaces graves pèsent sur le barrage de Guitti (région du Nord)

Après sa mise en eau en juin 2017, le barrage de Guitti est aujourd’hui objet de menaces de deux ordres : une production maraîchère peu soucieuse des règles d’occupations des berges et une activité d’orpaillage source d’envasement du barrage et de pollution de la ressource en eau.

Dans le but de constater l’état actuel d’occupation des berges de ce barrage, le Service Police de l’Eau du Nord a effectué, le mardi 20 février 2018, une patrouille conjointe avec des éléments de la brigade territoriale de gendarmerie et du commissariat de police de Séguénéga.

La forte chaleur ressentie en ce mardi 20 février 2018 n’aura pas pu empêcher cette première patrouille du Service Police de l’Eau (SPE) du Nord sur les berges du Barrage de Guitti. Sur une distance d’environ 10 km parcourus, le constat fait froid dans le dos. Des producteurs maraîchers occupant littéralement les berges du barrage ainsi que la partie de la cuvette ayant été libérée suite au retrait de l’eau. Des tranchées ouvertes pratiquement tous les 20 m pour permettre de rapprocher l’eau des planches de cultures. Aux extrémités des tranchées sont réalisées de petites cuvettes pour le stockage de l’eau. Et c’est à partir de là qu’est utilisé le matériel d’exhaure constitué de motopompes, d’arrosoirs et de seaux. 

A proximité des abris de fortunes dressés çà et là sur les berges du barrage, d’énormes quantités d’engrais minéraux et de fumure organique entreposées attendent d’être épandues selon les cycles de développement des cultures maraîchères. Des appareils d’épandage de pesticides sont également visibles et pourraient être mis en service en cas de nécessité.

S’il y a une pratique qui pourrait également entamer l’intégrité du barrage de Guitti c’est aussi le traitement du minerai issu de l’orpaillage des villages environnants du barrage. Sur place, le minerai est broyé avec des machines et lavé avec l’eau pompée du barrage à l’aide de motopompes. L’eau issue du lavage est rejetée dans la nature d’où naturellement dans le plan d’eau. Il en est de même pour les résidus du lavage entreposés et formant de petits monticules de plus de deux mètres de hauteur attendant inexorablement d’être charriés vers le plan d’eau du barrage dès les premières pluies.

Au regard de ce qui précède, des mesures idoines seront prises le plus rapidement, avec l’accompagnement de l’Agence de l’Eau du Nakanbé (AEN) et de l’ONEA, pour endiguer sinon réduire au maximum les pratiques actuelles qui n’ont pour conséquences que le comblement et la pollution accélérés du barrage de Guitti sur lequel l’espoir d’en finir avec les pénuries d’eau des populations des villes de Ouahigouya et de Séguénéga et de leurs environs repose.

Mots-clés :

Lire aussi...

> VENDREDI 26 OCTOBRE 2018
Une opération collective de lutte contre les rejets polluants dans l’eau.
> JEUDI 20 SEPTEMBRE 2018
L’édition 2018 du « Guide méthodologique des émissions de gaz à effet de serre des services de l’eau et de l’assainissement » est disponible.