Version imprimable Lien
Marc Labulle et Maryline Vernet
> mardi 20 décembre 2016

L’Avant-Dheune retrouve son lit sinueux… et vivant

Un lit rectiligne, creusé et élargi, déconnecté de la végétation… L’Avant-Dheune, rivière de Côte d’Or, avait été défigurée dans les années 1950 à 1980. La truite fario en a souffert, comme le reste de la faune et de la flore… Mais aussi les humains, puisque les inondations se sont trouvées aggravées.

Autant d’arguments qui, en 2015, ont permis à Marc Labulle, président du Syndicat mixte d’aménagement des affluents rive gauche de la Dheune de convaincre deux exploitants et deux propriétaires - sur trois concernés - de laisser place à des travaux à Meursanges, en bordure des pâturages. Ces travaux visaient à redonner à la rivière son lit originel, sinueux, sur une partie où on le devinait encore, en complément d’autres actions conduites ailleurs (suppression de seuils, par exemple). Au final, le tracé de la rivière est passé de 105 à 220 mètres.

Maryline Vernet, chargée d’assistance à maîtrise d’ouvrage au sein de l’EPTB Saône Doubs, a piloté les opérations, à l’été 2015 : "On a d’abord bûcheronné pour mettre en lumière ce lit originel, explique-t-elle. Celui-ci étant à 1 m au-dessus du lit rectiligne, on l’a abaissé un peu (mais pas trop) pour permettre à l’eau de bien s’écouler ". Pour éviter que les sédiments ne soient trop vite emportés, des à-plats de pierre ont été aménagés par endroits et des cailloux supplémentaires apportés.

Aujourd’hui, ils font apparaître çà et là, des lieux d’atterrissement pour la faune. Une souche, fixée dans un méandre, offre encore un autre type d’habitat et oblige la rivière à sinuer un peu plus, le temps de nourrir la nappe en hautes eaux ou, à l’inverse, en période d’étiage, de s’y ressourcer. Quant aux berges, ensemencées et plantées, elles n’ont pas eu besoin de géotextile pour se verdir solidement. Elles sont si douces que l’eau vient parfois encercler le pied d’un saule, avant d’aller s’étaler et fertiliser la prairie… Ce qui ne déplaît pas aux exploitants ! "Il s’agit désormais d’un site référence, se réjouit Marc Labulle. Nous allons y faire de la pédagogie en vue d’autres opérations".

Lire aussi...

> LUNDI 17 FÉVRIER 2020
Les espèces d'amphibiens sont concernées.
> JEUDI 13 FÉVRIER 2020
Le Territoire de Thau est l’un des 11 territoires d’Occitanie retenus au niveau national pour signer un tel contrat.
> VENDREDI 31 JANVIER 2020
Mieux vaut prévenir que guérir : la base de la charte des bonnes pratiques agricoles sur le bassin des captages des eaux de Charcenne.
> VENDREDI 10 JANVIER 2020
Le nouveau réseau permet d’arroser 320 hectares supplémentaires en diminuant le recours aux puits individuels.