Version imprimable Lien
Marie Maurage, agricultrice
> jeudi 11 août 2016

Une ferme bio au cœur de Marseille

Nichée en bordure des tours du 14ème arrondissement de Marseille, l’exploitation de Marie Maurage est une respiration de verdure dans un univers bétonné. Il y a plus d’un an, cette agricultrice autrefois installée dans les Hautes-Alpes, s’est lancée un défi : gérer et exploiter cette ferme pédagogique, propriété de la Ville, pour vendre ses fromages de lait de brebis et de chèvre bio aux Marseillais.

Et aussi leur transmettre ses valeurs : respecter l’environnement et bien manger. Cela fait d’ailleurs partie des missions que lui a confiées la mairie. Marie Maurage assure 15 heures d’animation par semaine auprès des habitants et des écoliers, dans l’espoir de les amener à l’alimentation bio. Pour le moment, peu de voisins ont osé pousser la barrière de la propriété.

Mais l’exploitation doit d’abord conserver son label biologique. La tâche est vaste car les 12 hectares autrefois exploités en agriculture conventionnelle gardent encore les traces des pesticides utilisés. La terre riche en azote voit pulluler orties, chardons ou encore pourpier. En bordure de pâturage, la présence en masse de datura, "herbe du diable" indique le travail restant à faire. Pour cela, Marie Maurage s’appuie sur les méthodes de l’agriculture biologique qui passent par un fauchage méthodique puis par l’ajout de matière organique ou de plantes qui pomperont et fixeront le surplus d’azote.
"Le bio est un levier de protection ou de reconquête des terres face aux pesticides ", confirme Christophe Beauvinau directeur de l’association Bio Paca, que préside Marie Maurage. Une terre non traitée qui permettra également au sol de jouer son rôle de filtre récupérateur des eaux de pluie dans un univers urbain où le sol est rendu peu perméable. L’eau est d’ailleurs l’une des richesses de l’exploitation, située sur le bassin du Merlan.
A terme, Marie Maurage souhaite d'ailleurs récupérer l'eau des sources qui affleurent parfois sur ses pâturages pour les irriguer au plus fort des chaleurs.

Lire aussi...

> JEUDI 05 DÉCEMBRE 2019
"Il faut acheter des forêts pour protéger les gibbons"
> MERCREDI 27 NOVEMBRE 2019
Un accord-cadre entre l’agence de l’eau et l’enseignement agricole.