Version imprimable Lien
Le Drac- Crédit photo : Dumery
> lundi 04 juillet 2016

Le Drac retrouve un cours continu

En Isère, le Drac a été remis en eau depuis le barrage EDF de Notre-Dame-de-Commiers jusqu’à sa confluence avec la Romanche. L’opération restaure la continuité hydraulique, sans impact sur l’eau potable.

Le Drac serpente à nouveau depuis le barrage EDF de Notre-Dame-de-Commiers jusqu’à sa confluence avec la Romanche, en Isère. "Cette remise en eau du Drac, effective depuis le 7 septembre 2015, boucle positivement la vingtaine d’années de travail de très nombreux acteurs", note Marie-Noëlle Battistel, présidente de la Commission Locale de l’Eau (CLE) Drac-Romanche.

Après six mois de suivi des eaux, l’augmentation du débit du Drac à 5,5 m3 par seconde au niveau du barrage, n’a pas affecté la qualité de l’eau des captages qui alimentent la ville de Grenoble. "C’était la condition principale de la remise en eau, confirme Aurélie Campoy, secrétaire générale de la CLE. Notre objectif est atteint : nous avons restauré la continuité hydraulique de la rivière, sur le tronçon de 4 km où, depuis plus de 50 ans suite à l’installation du barrage, elle était asséchée plus de 300 jours par an. Cela améliore son potentiel écologique, en confortant l’alimentation de la nappe et la qualité des eaux distribuées. Et, en satisfaisant l’usage hydroélectrique".

Capitale, cette restauration était au cœur de toute la dynamique territoriale engagée depuis les années 1990 autour du Drac, à l’origine même de la création du Sage Drac-Romanche et de la constitution d’une CLE avec les acteurs de 119 communes sur 2500 km2, depuis les élus jusqu’aux usagers, dont EDF, en passant par les associations.

En 2007, un schéma de remise en eau est acté pour le Drac aval et préconise la création de la Réserve des Isles du Drac (2009). Pour Marie- Noëlle Battistel, "la réserve est un véritable atout pour le territoire. Située au cœur de l’agglomération grenobloise, elle permet d’organiser la gestion du site en conciliant les enjeux de biodiversité et de sécurité".