Version imprimable Lien
Emilie Cazor et Caroline Lefebvre
> lundi 09 mai 2016

Des vignerons attentifs à la qualité de l’eau

Les Vignerons du Pays d’Ensérune ont souvent été pionniers. Un peu plus d’un siècle après avoir créé la première cave coopérative française à Maraussan (Hérault), ils entendent prouver à nouveau leur sens des responsabilités en réduisant l’utilisation des produits phytosanitaires.

Le projet agroenvironnemental qu’ils ont élaboré doit contribuer à restaurer la qualité des captages d’eau potable et des cours d’eau, dans lesquels on relève notamment des taux élevés de glyphosate. En partenariat avec l’agence de l’eau, des viticulteurs ont accepté en 2014 de se livrer à un diagnostic de leurs pratiques culturales. Cette étude a débouché en 2015 sur un plan d’actions, puis sur la modification des cahiers des charges. Cette démarche témoigne, selon l’adjointe de direction de la cave, Emilie Cazor, "de l’engagement de la coopérative et de son conseil d’administration". Et des adhérents qui ont pris conscience des attentes croissantes de la société en matière de préservation de l’environnement et de la santé.
Une dynamique vertueuse s’est enclenchée pour lutter différemment contre les maladies de la vigne. Des réunions d’information et de formation ont été organisées, en particulier sur les conséquences sanitaires du glyphosate, sur les évolutions technologiques, sur la reconnaissance de la flore adventice dans les vignes… Plusieurs démonstrations d’outils de travail du sol intercep ont eu lieu. Dès 2015, la coopérative est une des rares structures à pouvoir faire bénéficier ses adhérents de mesures agro-environnementales. Un nouveau dispositif de lutte biologique par confusion sexuelle est expérimenté dans certaines parcelles pour préserver la vigne des attaques ravageuses des vers de la grappe. Des cépages résistants à l’oïdium et au mildiou sont testés ou le seront en 2017 par des viticulteurs précurseurs.
Cette palette d’actions est coordonnée par une chargée de mission, Caroline Lefevbre, en relation avec l’agence de l’eau qui prend en charge la moitié de son temps d’animation. "Tout vigneron est responsable de la protection de sa production et plus largement de son territoire et de son environnement", rappelle-t-on à la cave qui revendique la liberté de ses vignerons au fronton de sa façade classée.

Lire aussi...

> VENDREDI 06 MARS 2020
L’ambition de la démarche : accompagner, développer et massifier les collectifs d’agriculteurs en transition agro-écologique.
> LUNDI 24 FÉVRIER 2020
Objectif : limiter les déversements dans la Leysse et le lac du Bourget en temps de pluie, et ainsi de protéger les milieux naturels.
> LUNDI 24 FÉVRIER 2020
D’une capacité de 12 000 m3, elle permet l’irrigation de 7 hectares cultivés.