Version imprimable Lien
Crédit : Gilles Possard
> vendredi 29 avril 2016

Suivi des zones humides : les acteurs et gestionnaires ont désormais un outil dénommé RhoMéO

Début 2016, avec le soutien de l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse et de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, les Conservatoires d’espaces naturels de Rhône-Alpes et le Conservatoire de botanique alpin ont engagé un travail visant à permettre à l’ensemble des acteurs du bassin Rhône-Méditerranée d’évaluer l’effet de leurs actions de restauration des zones humides.

Le SDAGE Rhône-Méditerranée 2016-2021 réaffirme la forte contribution des zones humides au bon état des cours d’eau et des nappes (soutien d’étiage, mobilité des rivières, recharge des réserves souterraines, filtration de l’eau) et l’importance des services qu’elles offrent à la collectivité (protection des captages, lutte contre les inondations, interception du ruissellement…).

L’objectif est de préserver ces espaces stratégiques et de restaurer leur bon fonctionnement, hydraulique en particulier. Le nombre d’acteurs qui engagent ces travaux de restauration augmente chaque année. Comment alors suivre l’état de ces milieux aquatiques et analyser l’efficience des actions ? Regroupant 13 indicateurs testés et évalués, l’outil RhoMéO librement accessible, répond à cette question.

Organisé pour répondre aux besoins concrets des acteurs de terrains : « Quoi et comment mesurer ? », « Comment analyser ? », RhoMéO est déjà utilisable pour suivre l’évolution de l’état d’une zone humide, définir une référence, mieux comprendre son fonctionnement et les services  rendus à la société…

Des compléments méthodologiques sont en cours de rédaction depuis le début de l’année pour faciliter encore plus l’utilisation de ces indicateurs et élargir leur champ d’application. Leur livraison est prévue pour la fin d’année 2016.

Mots-clés :

Lire aussi...

> JEUDI 05 DÉCEMBRE 2019
"Il faut acheter des forêts pour protéger les gibbons"