Version imprimable Lien
EtangThau-ville de Mèze-Franck Billeton
> jeudi 01 octobre 2015

"L'étang de Thau, en bon état écologique mais pas chimique", explique Laurent Roy au journal La Marseillaise

A l’occasion des Assises de Thau sur le thème de l’eau qui se sont déroulées à Sète le week-end dernier, Laurent Roy a dressé un état des lieux de la qualité de l’eau de l’étang de Thau lors d'une interview accordée au journal La Marseillaise

A la question sur la pollution de l'étang de Thau, Laurent Roy a indiqué que "sous l'angle de la pollution domestique, on avait pu observer une amélioration globale de la qualité de l’eau. Jusqu’à 2006, il y avait encore des phénomènes d’eutrophisation à savoir des explosions anarchiques de végétaux. C’était nocif pour la vie aquatique et les coquillages. Cela se produisait tous les deux ans environ. Il n’y en a plus depuis. On constate de bons résultats sur l’assainissement des eaux usées. Des efforts ont été réalisés notamment de la part des collectivités qui ont financé les stations d’épuration ou les réseaux d’assainissement. Cet effort se voit mais ce n’est pas fini pour autant. Il reste le problème du temps de pluie. Quand il pleut, les eaux ruissellent et emportent par exemple des polluants qui ne peuvent pas être traités par les stations d’épuration. Du coup, tout va directement dans l’étang".

"Les pollutions diffuses (pesticides) restent également un problème. Le bassin de Thau est en bon état écologique mais est en mauvais état chimique".

Concernant les conséquences de cette pollution sur les coquillages et les poissons de l’étang, Laurent Roy a expliqué que, "selon Philippe Ortin, président du Comité régional conchylicole de Méditerranée, nous sommes clairement en progression. D’ailleurs, il y a beaucoup moins de périodes de fermeture de commercialisation. Par contre, c’est la biodiversité piscicole qui se porte moins bien. Nous ne sommes pas encore parvenus à un fonctionnement équilibré stable de ce milieu complexe qu’est la lagune de Thau..." 

 

>> L'intégralité de l'interview sur le site de La Marseillaise