Version imprimable Lien
Rencontre
IMG 8325
> JEUDI 31 JUILLET 2014
Luc Jacquet
Fonction Réalisateur

Luc Jacquet : Force de la nature

Luc Jacquet aime la nature et elle le lui rend bien. Entré dans le cinéma «par hasard», ce grand gaillard au regard sombre est une force de la nature.

MARDI 05 DÉCEMBRE 1967

Naissance à Bourg-en-Bresse

LUNDI 03 JUIN 1991

Maitrise de biologie animale à l'Université Lyon 1

MERCREDI 01 JANVIER 1992

Premier voyage en Antarctique à 24 ans: 14 mois en mission d'ornitho-écologie polaire pour le CNRS à la base française Dumont d'Urville. Et première rencontre avec le cinéma: juste avant de partir, un réalisateur suisse le recrute pour filmer - déjà - des manchots empereurs

MARDI 31 JANVIER 2006

Oscar du meilleur film documentaire pour "La Marche de l'Empereur" à Hollywood. Un mois plus tard, Paris ne lui décernera que le César du meilleur son.

 

Il a choisi de lui consacrer son talent de réalisateur parce que, dit-il, «c’est notre espèce qui est en jeu». Mais pas question pour lui de jouer les «commissaires politiques» de l’écologie : «Il y a un énorme effort de pédagogie à faire, par l’image et l’émotion, prévient-il, pas par la culpabilité ». L’émotion, il en a donné à la terre entière avec sa «Marche de l’Empereur» qui a bouleversé Hollywood et amené quelque 35 millions de cœurs humains à battre au rythme de celui des manchots de l’Antarctique.

 

Né dans l’Ain où il vit toujours avec sa femme et ses trois filles, Luc Jacquet y a noué dès l’enfance des liens intimes avec la terre, sur le plateau du Retord où il passait ses vacances avec ses parents, ou chez des membres de sa famille agriculteurs.

 

Celui qui voulait « ne faire que de la biologie, travailler dans la nature avec des animaux » n’en a pas moins adopté le monde du 7e Art, dont il aime «la diversité, l’approche artisanale, le perfectionnisme.» Mais l’homme est modeste. Il se veut porteur d’idées. Celles «des scientifiques qui nous montrent la puissance créative du monde naturel.» Il en compte plusieurs parmi ses amis. Comme le botaniste Francis Hallé dont la rencontre l’a amené à réaliser «Il était une forêt», sur les écrans depuis 2013, ou le glaciologue Claude Lorius, dont les travaux en Antarctique «ont fait basculer le regard de l’humanité sur le changement climatique». C’est en hommage à ce savant de 82 ans, que Luc Jacquet tourne actuellement «La Glace et le Ciel» qui sortira en 2015. Un film co-produit par la société Wild-Touch production, dont tous les bénéfices sont reversés au fonds de dotation de l’Association Wild-Touch qu’il a créée en 2010 pour «rapprocher l’homme de la nature par le langage de l’image, des mots et des sons».

 

Son coup de gueule...

"Le discours culpabilisant  sur l'avenir de la planète a fait des ravages incroyables pendant une décennie! Le désespoir n'a jamais été mobilisateur".

Son coup de coeur...

Un entrepreneur islandais Orri Vigfusson, "qui a fait basculer le destin d'une espèce menacée sur son île, le saumon, en aidant les pêcheurs à se tourner vers d'autres ressources." Ce "capitaliste vert" sera le sujet d'un de ses prochains films longs-métrages.

 

Filmographie:

2004: "Des manchopts et des hommes", premier documentaire (co-réalisation).

2005: "La Marche de l'Empereur", documentaire, premier film long-métrage qui deviendra un succès planétaire (35 millions d'entrées).

2007: "Le Renard et l'Enfant", premier film de fiction.

2013: "Il était une forêt", nominé pour le César 2014 du meilleur film documentaire.

 

© Photo: Association Wild-Touch

 

Mots-clés : Luc Jacquet

Lire aussi...

> JEUDI 05 DÉCEMBRE 2019
"Il faut acheter des forêts pour protéger les gibbons"