Version imprimable Lien
Faugeres (34) vue generale
> mardi 27 mai 2014

L’AOP Faugères expérimente la lutte contre les vers de la grappe par confusion sexuelle.

Installé sur un terroir de schistes, le vignoble de l’AOP Faugères est situé en amont de trois bassins versants (le Libron d’une part et le Rieutort et le Taurou, affluents de l’Orb, d’autre part). Du fait de cette particularité, le raisonnement des pratiques agricoles sur son vignoble d’environ 2000 ha est un plus évident pour la préservation de la qualité des eaux souterraines et superficielles de son territoire mais également pour celle des trois bassins versants qui en découlent.

En 2013, des analyses d’eau réalisées pour le conseil Général, ont montré la présence de pesticides dans le Taurou ainsi que dans le Libron. Des herbicides, des fongicides mais également des insecticides ont étaient retrouvés dans ces cours d’eau.

Des démarches de préservation des ressources sont d’ores et déjà en place puisque afin de modifier les pratiques agricoles (réduction des intrants, couverture des sols, diversification de l’assolement …), un programme d’actions est engagé depuis 2010 sur le bassin versant du Rieutort. Sur celui du Taurou, le programme d’actions a quant à lui débuté en 2011. En ce qui concerne le bassin versant du Libron, le diagnostic territorial préalable à l’élaboration du programme d’action a débuté début avril 2014. Le programme d’action devrait être mis en place début 2015.  

 

Soucieuse de cette problématique environnementale et de la préservation de son terroir, l’appellation a d’ores et déjà introduit dans son cahier des charges des mesures agro-environnementales comme la limitation des quantités d'azote à l'hectare, l’interdiction du désherbage en plein et l’enherbement obligatoire des tournières.

Ces mesures ne visent pas seulement à protéger l'environnement mais également à garantir la qualité des raisins.

D’autre part, la viticulture biologique est particulièrement développée sur l’appellation puisque ce mode de culture représente 1/3 de ses surfaces (soit environ 620 ha).

 

Grâce à cet engagement historique de l’appellation Faugères en faveur de l’environnement, une Animatrice territoriale a rejoint l’équipe syndicale de l’AOP en septembre 2013.

 

Pour aller plus loin, l’appellation s’est engagée cette année dans un projet collectif de lutte contre les vers de la grappe (ravageur de la vigne) par confusion sexuelle, projet porté au sein de l’Organisme de Défense et de Gestion de l’AOP par l’animatrice « bi-eau ».

Cette méthode, au lieu d’utiliser des insecticides chimiques, est basée sur la saturation du vignoble en phéromones (substances naturellement émises par les vers de grappe adultes) afin d’éviter la reproduction entre les papillons mâles et les papillons femelles des espèces Eudémis et Cochylis. Ainsi,  elle limite la naissance de larves, celles-ci étant la cause des dégâts qualitatifs et quantitatifs sur le vignoble.

 

Pour cette première année, ce sont 13 exploitants, vignerons en cave particulière ou coopérateurs, en viticulture conventionnelle ou biologique, qui se sont engagés dans la démarche. Les diffuseurs de phéromones ont été mis en place sur 5 zones (soit environ 120 ha répartis sur les communes d’Autignac, de Cabrerolles et de Laurens) le mardi 1er avril dernier.

 

 fg  gf

                 

Dans cette démarche, l’appellation est accompagnée par la Chambre d’Agriculture qui apporte le support technique nécessaire à la mise en place du projet ainsi qu’à son efficacité.

L’Agence de l’Eau et le Conseil Général soutiennent financièrement le projet.

 

Les objectifs de cette démarche sont pour l’appellation le développement et la viabilité de ce mode de lutte sur le territoire. D’une manière plus générale, l’objectif est le développement de démarches alternatives à la lutte chimique contre les ravageurs.

 

Déjà utilisée dans d’autres vignobles français comme au sein de l’AOC Châteauneuf-du-Pape qui compte un tiers de son appellation en confusion sexuelle ou comme au nord de l’Italie avec une zone de 9000 ha sous confusion, c’est maintenant l’appellation Faugères qui souhaite expérimenter la méthode sur son territoire et participer pleinement à l’amélioration de la qualité de notre patrimoine naturel en eau.