Version imprimable Lien
segolene royal1
> vendredi 11 avril 2014

Ségolène Royal : "J’appelle les maires à supprimer tous les pesticides dans les espaces verts"

Plusieurs centaines de communes ont déjà commencé à réduire l'usage de ces produits, nocifs pour la santé, dans les jardins publics.

La ministre de l’Ecologie et de l’Energie, Ségolène Royal, a appelé mercredi 9 avril sur France 2 les maires à cesser l’utilisation de pesticides dans les espaces verts de leur commune, au nom de la santé publique et de la biodiversité. «J’appelle tous les maires à supprimer tous les pesticides dans les espaces verts et en premier lieu dans les écoles», a déclaré Ségolène Royal, invitée du journal de 20 heures de France 2.

 

«Les pesticides sont une atteinte à la santé et il y a aujourd’hui des produits qui permettent de renoncer aux pesticides et de reconquérir de la biodiversité, c’est-à-dire des espèces comme les papillons qui ont parfois totalement disparu de certaines communes», a poursuivi la ministre.

 

Une loi votée en janvier prévoit en 2020 l’interdiction des pesticides dans les espaces verts et de fleurissement. L’entretien de la voirie, des terrains de sports et des cimetières n’est pas concerné par cette loi. Une politique sans pesticides, qui implique de garder une partie des «mauvaises herbes», est moins bien acceptée dans ces lieux.

 

>> Lire l'article complet sur liberation.fr

 

La loi rejoint un mouvement de fond qui a déjà vu 450 collectivités du bassin versant de la Méditerranée passer au « zéro pesticide », comme Lyon, Grenoble, Dijon, Besançon, Pontarlier, Bourg-en-Bresse, les communes du Lac du Bourget, le Grand Narbonne, Castelnaudary, Aigues-Vives, Apt, ainsi que de nombreuses communes rurales.

Les communes qui iront plus vite que la loi et passeront au zéro pesticide avant 2020 bénéficieront d’une aide à 50% de l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse pour faire leurs plans de désherbage, former les agents, investir dans des matériels de désherbage mécanique ou thermique, et communiquer.

 

L’agence de l’eau escompte des progrès importants pour la qualité des eaux. Aujourd’hui les pesticides sont le premier facteur de déclassement des cours d’eau et ils sont pratiquement partout. 40 % des quantités d’herbicides appliquées en ville sur des surfaces imperméables sensibles au ruissellement se retrouvent directement dans les cours d’eau ou sont lessivés vers les nappes d’eau souterraines. Le risque sanitaire est aussi important pour la santé des agents applicateurs.

.

Mots-clés : Ségolène Royal