Version imprimable Lien
Bourget-Chantal Feminier
> jeudi 02 janvier 2014

Le Bourget protège ses zones humides

Partout le développement urbain détruit les zones humides. En Savoie, le Comité intersyndical pour l’assainissement du lac du Bourget inverse la logique de destruction.

Sur le bassin versant du lac du Bourget, le Cisalb anime un plan original de protection des zones humides, qui implique les agglomérations de Chambéry et d’Aix-les-bains et le Conservatoire des espaces naturels (CEN) de Savoie. Ce plan identifie les zones humides prioritaires à préserver et celles qu’il faut restaurer. «Les élus ont compris l’intérêt de ces zones et la nécessité d’une réflexion globale», explique Régis Dick, directeur du CEN. A leur demande, le préfet a ainsi pris, en 2011, un arrêté «d’opposition à déclaration» pour 19 zones humides « remarquables » de l’agglomération chambérienne, sur lesquelles les projets d’aménagement inférieurs à 1 ha seront refusés. Un arrêté identique va être pris sur le territoire de la Communauté d’agglomération du lac du Bourget.

Pour 29 zones chambériennes classées, elles, « prioritaires », des opérations de restauration et d’entretien sont, avec l’aide financière de l’agence de l’eau, lancées par le CEN - qui achète les terrains ou passe convention avec leurs propriétaires - ou par les collectivités : «Il faut qu’elles s’emparent de ces compétences», lance Régis Dick. La Motte-Servolex porte ainsi un projet d’éco-hameau jouxtant « La fontaine des Janon », conçu pour n’affecter ni ses amphibiens ni ses tufières, où fleurit la drosera à longues feuilles.

Ce plan est un accélérateur pour la restauration des zones humides. Il implique le principe « ERC » : Eviter de détruire ou alors Réduire le plus possible l’emprise des aménagements et, à défaut, Compenser la destruction (2 ha de zones humides restaurés pour 1 détruit).

«Cela ne se fait pas sans de difficiles négociations », tempère Manuel Bouron, chargé de mission scientifique au CEN. Pour 1 ha restauré à titre compensatoire, 7 ha le seront ainsi hors de toute obligation réglementaire.

Mots-clés :