Version imprimable Lien
Frontignan, Hérault 01
> mardi 26 novembre 2013

Changement climatique : quand la température monte, les eaux montent aussi

Les avis de spécialistes divergent sur les effets résultant de la hausse des températures. Parmi tous les impacts référencés, il en est un cependant qui fait l’unanimité : la montée des eaux.

« Le niveau monte en moyenne d'un peu plus de 3 mm par an. Dans son précédent rapport de 2007, le Giec prévoyait une augmentation du niveau moyen des mers compris entre 18 et 59 cm d'ici à 2100. Quatre ans plus tard, le groupe international d'experts sur le climat se fait nettement plus alarmiste: la hausse pourrait en réalité atteindre près d'un mètre (98 cm, précisément) dans les hypothèses de calcul les plus défavorables. Une différence considérable dont l'impact pourrait se révéler dramatique pour les centaines de millions de personnes vivant sur des îles ou dans des zones côtières menacées. » 

Le Figaro // 27 septembre 2013

Le bassin méditerranéen est particulièrement sensible à cette montée du niveau de la mer. La Côte d’Azur, la Corse, la Sardaigne, l’Espagne, l’Algérie ou encore le Maroc, tous les littoraux sont menacés.

 

Var Matin, dans un article du 25 Novembre 2013, titrait « Le littoral toulonnais face à la hausse du niveau de la mer ».

« C'est une cahute plantée au milieu de l'arsenal. Une petite « boîte » en béton, à deux pas des sous-marins, dans laquelle trône un marégraphe, un appareil permettant de mesurer le niveau de la mer et son évolution. En 1844, Toulon fut l'une des premières villes de l'Hexagone à s'en voir équipée. » 

Var Matin // 25 novembre 2013

Cet outil a permis de réunir de précieuses données utiles à l’analyse de l’impact du réchauffement climatique sur la Côte d’Azur.

« Une certitude : la mer monte. « De 1,08 mm par an en moyenne depuis la moitié du XIXesiècle, mais de 2,98 mm depuis trente ans », confirme l'ingénieur du Shom (service hydrographique et océanographique de la Marine, ndlr) Guillaume Voisenon. »

Var Matin // 25 novembre 2013

 130607 145714 130607-littoral-f-493x328

Crédit photo: La Chaîne Météo/ METEO CONSULT

En Corse, la population voit ses plages « grignotées » petit à petit par la montée des eaux et la puissance des vagues, depuis maintenant une dizaine d’années. Les dernières tempêtes hivernales ont eu impact néfastes sur les côtes. Paillotes, restaurants, digues, rien ne résiste.

« En somme, « qui dit hausse (du niveau de la mer), dit aussi érosion accélérée ou vulnérabilité plus grande aux événements climatiques. »

Var Matin // 25 novembre 2013

Cette érosion est aussi liée à un phénomène grave, mais peu connu, qui est celui de la disparition du sable le long des côtes. En voulant compenser la montée des eaux, de nombreux états ou pays, comme par exemple la Californie, ont choisi de puiser le sable au fond de la mer afin de remblayer le littoral. Conséquence désastreuse : l’érosion se fait de plus en plus rapide. Le sable puisé au fond de la mer associé aux mouvements des vagues provoquent des glissements de terrain qui a chaque opération de remblaiement se font de plus en plus importants. (Voir reportage Arte, « Le sable : enquête sur une disparition »)

Mots-clés :

Lire aussi...

> MARDI 03 SEPTEMBRE 2019
Méconnues du grand public, les rivières en tresses présentent pourtant un patrimoine naturel tout à fait exceptionnel.
> MERCREDI 07 AOÛT 2019
Faciliter la prise en compte des zones humides dans l’aménagement du territoire.