Version imprimable Lien
Signature du partenariat INRAE - Agence de leau
> jeudi 03 septembre 2020

Améliorer la qualité et la gestion des milieux aquatiques : INRAE et l’agence de l’eau signent un accord de partenariat

Mercredi 2 septembre 2020, Philippe Mauguin, Président-directeur général d’INRAE et Laurent Roy, Directeur général de l’agence de l’eau ont signé un accord-cadre de partenariat pour les cinq années à venir. Cette collaboration a pour objectif de renforcer les travaux de recherche et d’expertise sur le fonctionnement des milieux aquatiques des bassins Rhône-Méditerranée et de Corse, en particulier pour mieux appréhender les effets du réchauffement climatique sur les ressources en eau et la biodiversité, mais aussi de faire progresser la connaissance sur la contamination des cours d'eau, lacs et lagunes par les micropolluants.

Rivières intermittentes, lacs d’altitude, lagunes, rivières en tresse, littoral méditerranéen : la gestion de ces milieux aquatiques spécifiques des bassins Rhône-Méditerranée et de Corse nécessite de mieux connaître leur fonctionnement, d’établir des diagnostics adaptés pour agir efficacement sur les causes de leur dégradation, conformément aux attentes de la Directive européenne Cadre sur l’Eau (DCE). Ainsi, 9 mois après la création d’INRAE, issu de la fusion entre l’Inra et Irstea, l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse et INRAE engagent un partenariat jusqu’en 2024.

Ce partenariat s’inscrit dans la continuité des précédents accords qui unissaient l’agence de l’eau et Irstea et avaient permis, entre autres, des avancées scientifiques sur la caractérisation de l’état de santé des cours d’eau intermittents, la spécification des coûts énergétiques des filières de traitement des eaux usées, et l’impact des pratiques sur la ressource en eau du bassin du Rhône en contexte de changement climatique. Ces précédents accords ont également permis d’élaborer des protocoles de stratégie participative pour la gestion de l’eau, régulièrement utilisés pour la construction de démarches locales en appui aux politiques publiques.
Le nouvel accord de partenariat voit son périmètre élargi aux recherches visant à développer la performance des systèmes agroécologiques ainsi que du génie écologique vis-à-vis de la ressource en eau et des milieux aquatiques.

Les travaux de recherche et d’expertise d’INRAE porteront sur les effets du réchauffement climatique sur les ressources en eau et les communautés biologiques, la contamination du Bassin du Rhône par les micropolluants (pesticides, résidus médicamenteux, microplastiques, perfluorés …) et plus globalement, la compréhension des relations entre les activités humaines, les usages des sols et le fonctionnement et la qualité des milieux.

L’accord porte tant sur le développement de connaissances scientifiques que le développement d’outils tels que la production d’indicateurs, en appui aux acteurs des territoires des bassins Rhône-Méditerranée et de Corse, pour soutenir l’élaboration des plans de gestion et s’assurer de leur efficacité pour une gestion équilibrée et durable de la ressource et la restauration des milieux aquatiques.
Des approches interdisciplinaires, de l’hydrologie à l’écotoxicologie, mobilisant également les sciences économiques et sociales, sont privilégiées pour aboutir à des solutions à la mesure de la complexité des sujets. Zones ateliers et Observatoires présents sur les bassins Rhône-Méditerranée et de Corse et dont INRAE est gestionnaire ou partenaire aux côtés d’autres organismes de recherche, sont autant de dispositifs de recherche qui seront mobilisés pour mieux répondre aux attentes sociétales.

La valorisation des résultats auprès des publics professionnels comme des citoyens est un point d’attention fort des deux partenaires.

Lire aussi...

> JEUDI 27 AOÛT 2020
Mi-août, plus de 50 dossiers de demandes d’aide ont déjà été déposés par les collectivités haut-savoyardes.
> LUNDI 17 AOÛT 2020
Une restauration des fonctionnalités écologiques au sein de 800 hectares de zones humides.
> MARDI 11 AOÛT 2020
Un plan de gestion de la réserve naturelle du Bagnas se met en place.