Version imprimable Lien
L'AOC Languedoc s'engage pour le climat
> lundi 09 octobre 2017

Face au défi climatique, l'AOC Languedoc s'engage

Face aux évolutions climatiques et aux enjeux de l’eau, le syndicat de l’AOC Languedoc donne un coup d’accélérateur à l’engagement collectif des vignerons dans des pratiques culturales durables avec pour objectif de modifier son cahier des charges. Le syndicat, qui vient de remporter un appel à projet européen d’un montant de 300 000 euros pour accélérer ce processus, fait office de pionnier. C’est en effet la première appellation française de cette taille à engager une démarche de ce type.

Evolution du climat, raréfaction des ressources et préservation de la ressource en eau, diminution des rendements, hétérogénéité des récoltes ou encore exigences du consommateur vis-à-vis de sa santé : les faits sont sans appel. « Il nous faut tous changer nos pratiques culturales. Nous n’avons plus le choix si nous voulons assurer la pérennité de notre vignoble, contribuer à la valorisation économique de notre appellation et consolider la confiance du grand public à l’égard de nos vins », souligne Jean-Benoît Cavalier, président du syndicat de l’AOC Languedoc.

Un appel à projet européen

Depuis vingt ans, de nombreux vignerons de l’AOC Languedoc sont engagés dans des pratiques respectueuses de l’environnement. « La prise en compte des éléments naturels fait partie de l’ADN du Languedoc. C’est une réalité et un atout, mais il faut accélérer le processus en aidant les vignerons sensibilisés à aller plus loin et convaincre ceux qui hésitent », explique Jean- Benoît Cavalier. Le syndicat a donc répondu à un appel à projet, instruit par la Région Occitanie au niveau européen*, d’un montant de 300 000 euros. L’appel à projet qu’il vient de remporter a pour objectif de modifier le cahier des charges de l’AOC Languedoc en y inscrivant d’ici trois ans des clauses culturales respectueuses de l’environnement, notamment pour la ressource en eau.

Une première en France

Jusqu’à présent, le cahier des charges concernait le produit et non son environnement. Depuis février 2017, il peut inclure des clauses agro-environnementales en lien avec le terroir. « Le comité vin de l’Inao (Institut national de l’origine et de la qualité) a d’ores et déjà validé huit mesures** dont la procédure d’intégration dans le cahier des charges sera simplifiée », indique Catherine Richer, déléguée territoriale Occitanie Inao. C’est la première fois en France qu’une appellation de cette taille s’inscrit dans un projet de ce type. Quatre départements, 531 communes et 6000 vignerons sont concernés. Pour Catherine Richer, « l’AOC Languedoc est dans son rôle de pionnier ».

Un plan d’actions sur trois ans

Pour piloter ce projet, le syndicat de l’AOC Languedoc travaille étroitement avec l’agence de l’eau et a embauché Bruno Loquet, ingénieur agronome, en contrat à durée indéterminée. Pour le jeune homme de 35 ans, la méthode appliquée sera pédagogique et progressive. « Nous allons nous appuyer sur les vignerons les plus avancés et prendre le temps d’accompagner les moins convaincus en leur montrant qu’il existe des solutions techniques pérennes pour changer de pratiques. » Les résultats attendus sont nombreux : restauration et maintien des caractéristiques physiques et biologiques du sol, meilleure pénétration de l’eau dans les sols, augmentation de la capacité de la rétention en eau… Bruno Loquet est optimiste. « Notre objectif d’ici trois ans est d’aboutir à l’introduction de clauses environnementales en lien avec le terroir dans le cahier des charges de l’AOC Languedoc. »

* Projet Feader : Fonds européen agricole pour le développement rural.

** 8 mesures de l’Inao : obligation d’enherbement du contour des parcelles ; Interdiction du désherbage chimique en plein des parcelles de vignes ; Enherbement des vignes ; Amélioration de l’efficience du matériel de pulvérisation ; Réduction des quantités de produits phytosanitaires ; Limitation des apports d’azote minéral de synthèse ; Préservation des murets, bosquets, terrasses… ; Conditions du respect de la séquence morphologique originelle des sols.

Lire aussi...

> VENDREDI 20 OCTOBRE 2017
Des chercheurs de Montpellier l’ont estimé en utilisant des données AIS (système d’identification automatique).
> LUNDI 25 SEPTEMBRE 2017
Retour sur la journée du 19 septembre à Aix-en-Provence.
> JEUDI 21 SEPTEMBRE 2017
Le contrat va permettre de lancer des travaux opérationnels relatifs à la gestion des rivières et de l’eau du bassin versant.