Version imprimable Lien
Frédéric Pronchéry, président du CITEAU
> mardi 11 août 2015

Belleville récupère l’énergie de la station d’épuration

A Belleville-sur-Saône (69), les eaux de la nouvelle station d’épuration alimentent le réseau de chauffage et de rafraîchissement de 88 logements.

Discrète, mais efficace. La nouvelle station d’épuration de Belleville-sur-Saône, centre intercommunal de traitement des eaux (Citeau) ne se laisse deviner ni à la vue, ni au nez derrière son élégante enceinte de verre dépoli. Pourtant, on y traite 26 000 équivalents habitants par an d’eaux usées. Et, depuis décembre dernier, on utilise ses effluents pour moduler la température d’un groupe d’immeubles neufs situés à 200 mètres, la Villa Durabo : pour le chauffage de l’eau et, en hiver, du bâtiment, pour la climatisation à la belle saison. « Cette station était l’une des 22 les moins aux normes du bassin, explique Frédéric Pronchéry, président du Citeau de Belleville, Saint-Jean d’Ardières et Taponas. Comme nous devions construire un nouvel équipement, nous avons opté pour le plus vertueux et innovant sur le plan écologique ».

Un système à l’eau glycolée

La station de traitement, livrée en 2011 pour un budget de 9,9 M€, produit de l’énergie pour les 88 logements de la Villa Durabo. Grâce à un dispositif ingénieux, les eaux usées, dont la température est comprise entre 8° et 24°C, sont conduites depuis le bassin de décantation jusqu’à un site d’échange de chaleur avec un autre réseau. Celui-ci est rempli d’une eau glycolée, qui capture et conduit les calories. Une fois l’échange effectué, l’eau usée revient à la station pour y être encore clarifiée, avant d’être relâchée dans la nature. Côté logements, une pompe à chaleur exploite les calories récupérées par l’eau glycolée pour chauffer, l’hiver et rafraichir, l’été.

«Lorsqu’il fait trop froid, on peut compléter la production avec une chaudière au gaz, explique Sylvain Morel, directeur du Citeau. Cet hiver, on a ainsi chauffé les logements à 100% - 3500 m2 de plancher (9000, une fois le programme terminé, ndlr) - avec une couverture supérieure aux études de plus de 80%». La station a dû changer de statut pour produire et vendre de l’énergie. «Aujourd’hui, il faut communiquer et dupliquer», ajoute Frédéric Pronchéry. Bon signe : la commune a reçu pour son projet (doté d’un budget de 550 000 €, *) la Marianne d’or 2013 de la démocratie locale, prix d’excellence des municipalités de France.

(*) : avec les aides de l’agence de l’eau, de l’Ademe, des conseils départemental et régional

 

 

Mots-clés : CITEAU

Lire aussi...

> JEUDI 27 OCTOBRE 2016
A la clé : 48 M€ pour la qualité de l'eau potable, l'assainissement et la préservation du milieu naturel jusqu'en 2021.
> JEUDI 29 SEPTEMBRE 2016
Le film de Jean-Bernard Vitiello, F. Tisseaux, C. Espanol et P. Hubert tente de dresser une analyse.