Version imprimable Lien
alose-reduit
> jeudi 21 août 2014

Les aloses reviennent « buller » dans le Bas Gardon

Deux ans après avoir fait sauter le dernier verrou d’accès au Bas Gardon, les poissons migrateurs reviennent se reproduire dans cet affluent du Rhône… Ou pas, à leur gré.

Certaines nuits, le Bas Gardon, affluent du Rhône, s’anime de tourbillons bruyants : ce sont les « bulls » créés par les aloses qui se reproduisent. Si, depuis les années 90, des seuils bloquaient la remontée de ces poissons migrateurs, ils peuvent désormais aller frayer jusqu’à Remoulins grâce à 4 passes à poissons, dont la dernière date de 2011 à Comps, avec 11 bassins successifs. «Dès 2012, nous avons observé des bulls à Fournès, juste en aval de Remoulins», se réjouit Jonathan Delhom, technicien hydrobiologiste à Migrateurs Rhône Méditerranée (MRM). Depuis 3 ans, aidés par les pêcheurs et autres partenaires, les membres de cette association comptent les bulls pour connaître le « front de colonisation ». Ils réalisent aussi deux piégeages de comptage par semaine au seuil de Bonicoli, pour mesurer et peser des spécimens. Autant d’occasions d’évaluer également la fonctionnalité des différents types de passes.

 

En 2013, jusqu’à 80 poissons ont été piégés en une fois : « Il y en en avait partout ! », s’amuse Jonathan Delhom, ravi de cette recolonisation rapide. Cette année, des hotus, chevesnes et autres barbeaux… mais pas d’aloses. «C’est aussi une information, assure le technicien. Elles ont trouvé des débits plus favorables dans le Rhône : des bulls ont été vus à Donzère. Cela ne signifie pas qu’elles ne reviendront pas dans le Gardon, maintenant que la voie est libre. Nous voulons d’ailleurs continuer le suivi pour la campagne 2015».

 

Lire aussi...

> JEUDI 26 OCTOBRE 2017
Un état de la connaissance et des fiches pratiques ont été réalisés.
> VENDREDI 20 OCTOBRE 2017
Des chercheurs de Montpellier l’ont estimé en utilisant des données AIS (système d’identification automatique).
> MARDI 10 OCTOBRE 2017
Souvent méconnu, un adou est un petit affluent situé en lit majeur, alimenté par des résurgences de la nappe alluviale ou des sources de pied de versant.