LE SAVIEZ-VOUS ?

Des travaux seront lancés cet été dans le massif des Ecrins sur la Bonne et son affluent, la Roizonne. Financés par l’agence de l’eau dans le cadre de son appel à projets Gemapi, ils ont un double objectif : prévenir les inondations et restaurer les milieux naturels. Sept hectares seront rendus à la rivière par l’arasement de 1300 mètres de digues. Le syndicat intercommunal de la Gresse, du Drac et de leurs affluents (Sigreda) a choisi une démarche concertée : en amont, entre 2012 et 2014, un bureau d’études a cartographié l’espace de fonctionnement du cours d’eau, les digues à supprimer, les secteurs où il fallait créer des champs d’expansion des crues… Une cartographie discutée avec les 70 élus locaux, les associations, les services de l’Etat et le service restauration des terrains de montagne de l’ONF, à l’échelle des sous-bassins versants. «C’est l’une des clés de l’appropriation du projet», estime Dorian Obry, technicien de rivière du Sigreda.

 

Une démarche participative pour restaurer la Bonne (38)

1,3 million m3 par an : c’est l’économie sur la ressource que vise la ville de Vienne (38) en changeant entièrement la canalisation de 6 km qui amène l’eau potable de son site de production, à Gémens, jusqu’au réseau de distribution. "En 2014, nous avons mesuré que cette conduite de plus de 40 ans perdait ce volume d’eau", explique Bernard Linage, élu délégué à l’eau potable, gérée en régie directe. Enorme ! Avec de nouvelles conduites et un équipement de télégestion, nous allons éliminer ces fuites et contrôler le réseau au quotidien".

Coût global de l’opération : 5,3 M€ dont 4,3 M€ d’aide de l’agence de l’eau.

> MARDI 14 NOVEMBRE 2017
Lundi 6 novembre 2017, la première pierre des travaux a été posée.
> JEUDI 26 OCTOBRE 2017
Objectif : accompagner les collectivités pour rechercher et réduire les substances dangereuses pour l’eau (RSDE).
> JEUDI 26 OCTOBRE 2017
Un état de la connaissance et des fiches pratiques ont été réalisés.
> MARDI 17 OCTOBRE 2017
Le colloque se tiendra du 4 au 8 juin 2018 à l'Université Lyon 2.
> MARDI 17 OCTOBRE 2017
Pour gérer les eaux pluviales, le « tout tuyau » n’est plus la réponse adaptée. Place désormais aux techniques alternatives !